đź”´[Info RODÉO] Un adolescent sauvagement agressĂ© et dĂ©pouillĂ© aux Aubiers

Alors que la cité du nord de Bordeaux est en proie à de nombreuses violences ces derniers jours, notamment lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, un jeune homme de 16 ans a été violemment agressé, ce 30 décembre au soir.

« Il dort beaucoup, il veut plus trop sortir. Je crains l’âge oĂą mon fils aura l’âge d’aller en boĂ®te de nuit, car la violence me rĂ©pugne. Je n’aurai jamais cru qu’on passerait mon fils Ă  tabac. » Au lendemain du passage Ă  tabac de son fils, Christelle* n’en revient toujours pas.

Mercredi soir, une dame lui ramène son fils, Ă  son domicile, le visage tumĂ©fiĂ©, la tĂŞte ensanglantĂ©e. Le jeune homme de 16 ans, qui sortait de chez son grand-père, cherchait Ă  emprunter un tramway, aux Aubiers, lorsqu’il est tombĂ© au mauvais endroit, au mauvais moment. Une rixe vient d’Ă©clater entre une bande d’une quarantaine de jeunes et des CRS, appelĂ©s sur place Ă  cause de feux de poubelles. Cinq fonctionnaires sont blessĂ©s. Antoine* se retrouve vite encerclĂ© par une quinzaine de jeunes hostiles, qui en veulent après son tĂ©lĂ©phone portable. « Ils Ă©taient quinze, ils lui ont Ă©crasĂ© la tĂŞte. » Heureusement, une automobiliste qui a assistĂ© Ă  la scène, a pu secourir le jeune homme. « Si elle n’Ă©tait pas intervenu, il serait surement Ă  l’hĂ´pital ou mort » confie Ă  RodĂ©o la mère d’Antoine, dĂ©pitĂ©e.

« Le pire, c’est la blessure morale pour lui. Il est rĂ©sistant, mais en tant que victime, on ressent une honte de ne pas avoir pu se dĂ©fendre ». GĂ©olocalisĂ© par la police dans « une planque », le tĂ©lĂ©phone d’Antoine ne pourra pas ĂŞtre rĂ©cupĂ©rĂ©. « Ils ont peur d’y aller », explique Christelle. Ancienne habitante, durant quinze ans, de Saint-Michel, la mère de famille vit aujourd’hui Ă  Ambarès-et-Lagrave. « A chaque fois que je vais Ă  Bordeaux seule, j’ai des problèmes. C’est vraiment devenu invivable », dĂ©plore-t-elle.

*Les prénoms ont été changés