Insécurité : le match Bordeaux – Marseille

S’il est un ultime record auquel les Ultras Bordelais peuvent encore s’accrocher, c’est cette bonne vieille invincibilité à domicile face au rival marseillais : 42 ans sans défaite en terre Girondine ! Mais il est un domaine dans lequel, jusqu’à présent, nos meilleurs ennemis demeurent imbattables : les investissements en matière de sécurité. A effectifs comparables, en 2018, la cité phocéenne déboursait 193 euros par habitant, quand Bordeaux n’en déboursait que 31, et les autres métropoles, 72 en moyenne. « L’enveloppe globale de sécurité a, quant à elle, diminué de près de 10 % » entre 2014 et 2018, nous apprend l’institut Montaigne, relevant quand même une augmentation de 20% des effectifs de la police municipale. A la décharge de l’ancienne équipe, les efforts entrepris jusqu’en 2020 ne sont pas compris. Mais le bilan reste édifiant : entre 2012 et 2019, le commissariat central de Bordeaux a enregistré +30% de délinquance générale et +200% de viols et d’agressions sexuelles. Ce ne sont là, bien sûr, que les faits déclarés. Une spectaculaire remontada que n’avait pas vu venir Fabien Robert qui déclarait il y a peu à Rodéo : « Oui, l’insécurité a progressé mais Bordeaux n’est pas Chicago, n’est pas Toulouse et n’est évidement pas Marseille ». Hélas pour l’ancien maire adjoint, une ultime statistique vient le contredire : on relève à Marseille 242 incivilités pour 10.000 habitants, contre 313 à Bordeaux ! Alors que le score national, pour les villes de taille comparable, culmine à 278. Espérons qu’en la matière, l’invincibilité girondine soit de courte durée.